1.


Reprenons depuis le début.


Je connaissais depuis plus de quinze ans une photographe d'origine américaine qui s'était établie à Paris par rejet et par lassitude de la société américaine. Je l'avais rencontrée au tout début des années deux mille dans les salles du carrousel du Louvre, au cours de la projection de quelques films que j’avais réalisés autour de grands photographes contemporains. Une femme de belle allure, aérienne, portant cape et foulard, appareils photos harnachés à son épaule. Plus une princesse russe d'un autre temps qu'une exilée du Massachusetts. Souriante et lumineuse.